Checkpoint Paris

Dépistage rapide du VIH et autres IST

Ouvert du lundi au samedi
36 rue Geoffroy L'Asnier 75004 Paris

 

Contact:

Tél: 01 44 78 00 00


VIH/Sida

Se protéger

AugmenterRéduireTaille du texte

 

Voir les chiffres 2014


Risques de contamination par le VIH
Relations sexuelles non protégées
Présent dans les sécrétions sexuelles, le virus pénètre dans l'organisme par le biais d'une muqueuse telle que la bouche, le vagin, l'anus, le gland, le rectum.

Il existe un risque de contamination par le VIH lors de pratiques sexuelles non protégées:

* Pénétration vaginale et/ou anale, avec ou sans éjaculation.

* Rapports bucco-génitaux : 
  • Fellation (rapport bouche avec le sexe masculin), avec ou sans éjaculation ;
  • Cunnilingus (rapport bouche avec le sexe féminin) : aucun cas de transmission du VIH en dehors de la période des règles n’a été rapporté jusqu’à présent ;
  • Anulingus (rapport bouche avec l’anus) : aucun cas de transmission du VIH rapporté jusqu’à présent ;
  • Risque de contamination par l’échange d’objets non protégés par un préservatif : vibromasseur, godemiché, etc.

 

Voie sanguine et/ou cutanée

  • Le risque de contamination est très élevé lorsqu’il y a partage de seringues et/ou d'objets souillés par du sang contaminé (brosse à dents, rasoir, godemiché, vibromasseur), lors de rapports sexuels traumatiques (sodomie…) et pendant les règles. Piercing, tatouage, acupuncture, coloscopie, mésothérapie réalisés dans un cadre ne respectant pas les règles d'hygiène et de désinfection peuvent être autant de situations à risque de contamination par le VIH.
  • Dans le cadre de transfusions sanguines avant 1985 : le risque de contamination a quasiment disparu du fait du dépistage obligatoire pratiqué sur tous les dons de sang.


De la mère séropositive VIH à l'enfant
Tous les bébés nés d'une maman séropositive au VIH sont à la naissance séropositifs. Ils possèdent des anticorps anti-VIH, transmis au fœtus pendant la grossesse. Il y a environ 20% de risque de transmission du virus en l'absence de traitement de la mère, et de l'ordre de 2% si celle-ci est traitée pendant le troisième trimestre. Toutefois, la toxicité potentielle des traitements (les antirétroviraux) pris pendant la grossesse nécessite une surveillance sur le long terme. De plus, un risque élevé subsiste par le lait maternel lors de l'allaitement. 

 

Risque zéro de transmission du VIH
Il est important de savoir comment et par quoi le VIH ne se transmet pas :

la salive, les larmes, les baisers (même profonds), les caresses, la masturbation solitaire, l'urine, le partage de couverts et/ou de verres, les piqûres de moustique, les actions de la vie quotidienne (poignées de mains, l'utilisation d'équipements publics tels que les toilettes, douches, piscines, etc.), l'abstinence sexuelle…


Bon à savoir
Il est recommandé de ne pas se brosser les dents avant et après tout rapport sexuel car vous risquez d'irriter vos gencives et créer, ainsi, une porte d'entrée aux virus. Utilisez plutôt une solution bucco-dentaire. De plus, La consommation d'alcool et/ou de drogue baisse votre vigilance pour vous protéger. Enfin, les IST accroissent le risque de contamination par le VIH.

 

L'utilisation du préservatif est le moyen le plus sûr pour se protéger du VIH

L’utilisation du préservatif, masculin ou féminin, est un moyen très efficace pour se protéger du VIH lors des pénétrations anales et vaginales et des fellations. Pour les anulingus et les cunnilingus, la protection la plus efficace est la digue dentaire (carré de latex ou film alimentaire) ou à défaut un préservatif coupé dans sa longueur.

 

Le Traitement comme Prévention (TASP)

Dépister une infection à VIH permet de mettre en place précocement un traitement antirétroviral pour un bénéfice à la fois individuel et collectif : efficaces pour la personne traitée, les traitements permettent aussi de diminuer considérablement les risques de transmission du VIH.

Le traitement comme prévention fonctionne si la personne séropositive est traitée efficacement, avec une charge virale indétectable*; le risque de transmettre le VIH à un partenaire sexuel devient alors extrêmement faible. 

 

* La charge virale est dite indétectable lorsque le taux de particules virales circulant dans le sang est tellement bas qu’il devient indétectable. Une charge virale indétectable ne signifie pas l’absence du virus mais que la quantité de VIH a atteint un niveau inférieur au seuil de détection par les tests.

 

La PrEP (Prophylaxie Pré-exposition)

 

Qu’est-ce que la PrEP ?
La PrEP, ou prophylaxie pré-exposition, est un outil préventif qui permet à une personne séronégative courant un risque d’infection à VIH de réduire ce risque en prenant un traitement antirétroviral. Plusieurs études ont ainsi montré l’efficacité du Truvada®, une combinaison de deux molécules capables d’empêcher l’infection des cellules par le VIH. Ce médicament à été à l’origine commercialisé comme traitement curatif pour les personnes séropositives, puis autorisé en traitement préventif aux Etats-Unis en 2012. La France est le premier pays d’Europe à autoriser sa prescription en traitement préventif.

Qui est concerné ?
Selon le groupe d’experts de prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH, dirigé par le Pr Morlat, la PrEP est recommandée uniquement pour les personnes majeures ayant les caractéristiques suivantes :

  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes, non infectés par le VIH et à haut risque d’acquisition du virus;

- rapportant des relations anales non protégées avec au moins deux partenaires sur une période de six mois;
- ou ayant présenté plusieurs épisodes d’infections sexuellement transmissibles (IST) dans l’année;
- ou ayant eu plusieurs recours à un traitement post-exposition dans l’année;
- ou ayant l’habitude de consommer des substances psycho-actives lors des rapports sexuelles

  • Les personnes transgenres ayant des relations non protégées (selon les mêmes indications détaillées ci-dessus).
  • Et au cas par cas pour :

- Les usagers de drogues intraveineuses avec partage de seringues;
- Les personnes en situation de prostitution exposées à des rapports sexuels non protégés;
- Les personnes en situation de vulnérabilité exposées à des rapports sexuels non protégés et à haut risque de transmission du VIH.

En quoi consiste le traitement ?
Deux modalités de traitement sont recommandées en France selon les personnes, par le groupe d’experts du Pr Morlat :

  • - Un traitement continu, avec la prise quotidienne d’un comprimé de Truvada®
  • - Pour les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes et les personnes transgenres, un traitement « à la demande », avec la prise de quatre comprimés de Truvada® avant et après un rapport sexuel à risque (2 comprimés entre 24h et 2h précédant l’acte sexuel, puis 1 comprimé 24h et un autre 48h après la première prise).
  • Attention: La PrEP ne fonctionne bien que si elle est prise correctement.

Où trouver un médecin spécialisé pour me faire prescrire la PrEP ?

Le médecin décidera de la mise sous PrEP d'une personne après analyse avec cette dernière de son risque d'infection par le VIH.
Trois lieux en France devraient être en mesure de proposer des consultations pour la prescription de la PrEP :

  • - Les services hospitaliers spécialisés dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH
  • - Les Centres Gratuits d'Information, de Dépistage et de Diagnostic (CeGIDD, anciens CDAG et Ciddist)
  • -Les autres structures labellisées par les agences régionales de santé (centres de santé sexuelle, associations médicalisées, etc.).
En haut
lekiosque-240x80 Sur le même thème