Checkpoint Paris

Dépistage rapide du VIH et autres IST

Ouvert du lundi au samedi
36 rue Geoffroy L'Asnier 75004 Paris

 

Contact:

Tél: 01 44 78 00 00


Accueil Actualités Trois questions à Christian Doubrère, président du Kiosque Infos Sida / Checkpoint-Paris

Actualités

Trois questions à Christian Doubrère, président du Kiosque I...

Trois questions à Christian Doubrère, président du Kiosque Infos Sida / Checkpoint-Paris

Lundi, 18 Juillet 2016
AugmenterRéduireTaille du texte

 

 

Vous avez cofondé Le Kiosque Infos Sida en 1992. La réouverture du Checkpoint- Paris, avec une offre de santé élargie, marque une nouvelle étape pour l’association. En quoi est-elle importante ?


Le Checkpoint-Paris est reconnu dans la communauté LGBT, il a été l'un des précurseurs du dépistage rapide du VIH. Avec l'obtention du statut d'antenne de CeGGID il augmente sa visibilité auprès d'un public toujours trop concerné par les contaminations, qu’il s’agisse du VIH ou des autres IST.

Et près de 25 ans après sa création, le Kiosque Infos Sida reste, à travers le Checkpoint, une « vitrine sur le sida », tel qu'il a été conçu au départ.

Alors évidemment, les enjeux, le contexte ne sont pas les mêmes, mais l’association demeure un lieu d'information et de prévention, indispensable pour les plus jeunes, pour lesquels les campagnes publiques de sensibilisation se font trop rares.

 

Dans quelle mesure l’intégration du Kiosque Infos Sida au Groupe SOS a-t-elle permis la création du Checkpoint et son évolution actuelle ?


A la fin de l'année 2005, les bénévoles et le conseil d'administration étaient épuisés ; il n’y avait pas, ou peu, de relève à l'horizon.

Sans le Groupe SOS, l'esprit et les objectifs du Kiosque se seraient éteints, faute de moyens humains et financiers. Sans l'implication du groupe et de son fondateur, Jean-Marc Borello, les projets successifs de recherche bio médicale n'auraient pas pu voir le jour. Je pense en particulier au soutien sans faille du docteur Guy Sebbah.

Enfin les synergies avec ARCAT, la direction commune assurée par Eve Plenel, nous ont permis d'assurer nos équilibres financiers et de pérenniser nos actions en étroite collaboration avec la communauté scientifique.

Si le Kiosque était resté isolé, aurait-il obtenu le soutien des scientifiques et de Sidaction ? Je ne le pense pas…

 

En quoi le projet Checkpoint-Paris vous tient-il particulièrement à cœur?


Après 30 ans d'engagement et 20 ans de vie avec le virus, ma détermination reste intacte !

L'éradication de l'épidémie, aujourd'hui à notre portée, serait bien sûr une satisfaction et surtout un soulagement.

Le dépistage, permettant à chacun de connaître et gérer au mieux son statut sérologique, est facilité grâce au Checkpoint et il convient de remercier tous ceux qui, à divers titres, ont participé dès le début, et participent encore maintenant à cette aventure. Cet outil s'inscrit dans une politique globale de prévention.

L'objectif de l'éradication qui nous paraissait si improbable au cours des années noires de l'épidémie est aujourd’hui possible. J'avoue que j'aimerais être là pour le voir !

Actu précédente
En haut
lekiosque-240x80